la pauvreté à la Réunion

pauvreté 2
la misère au soleil… (source: www.zinfos974.com)

« J’ai perdu mon emploi, commerçante sur le domaine public ,on m a retiré mon emplacement après 30 ans d’activité. Les politiciens font du n’importe quoi!! J’ai pas besoin de votre R.S.A, mais que l’on me redonne ma vraie valeur, c’est à dire mon travail, et donc moins de pauvreté… »

Ce sont ces propos, tenus par une dame que j’ai rencontré en faisant mon marché, qui m’ont donné l’idée, et l’envie d’écrire un article pour vous alerter sur la pauvreté à la Réunion.

pauvreté réunion
source: orange.fr

En effet, selon une étude de l’INSEE, 40% Des réunionnais vivent en dessous du seuil de pauvreté, et le chomage avoisinent les 30%, ce qui représentent le taux le plus élevé de France!!

Les causes de la pauvreté à la Réunion

« La Réunion est des pays les plus urbanisés du monde. Selon les critères de l’ONU, 95 % des Réunionnais sont des citadins contre 79 % en France, alors que la moyenne dans les pays riches se situe à 78 %. En 1955, le taux d’urbanisation n’était que de 23 %, et de 44 % en 1975. Ces chiffres montrent un exode rural. Traditionnellement, ce type de migration est favorisé par l’implantation de l’industrie dans les villes, qui amène les paysans à y chercher une vie meilleure. Mais à La Réunion, l’industrialisation ne s’est pas produite alors que les productions agricoles ont été touchées par des crises successives, notamment la vanille, le géranium et la canne à sucre. » (source : http://97land.com)

On peut donc remarquer que les emplois agricoles ont disparus, et n’ont pas pu être remplacé malgré l’urbanisation, puisque il n’y a quasiment pas d’industries à la Réunion. La mutation économique de l’ile a donc été raté, et aucune solution viable n’a été trouvé.

canne-a-sucre-filiere-publicite-2013-01.jpg
Waouh!! Des chiffres qui donnent le tournis… (source: guide-reunion.fr)

 

Les autres facteurs qui influent sur la pauvreté de l’ile sont:

– Beaucoup de personnes n’ont pas de véhicules, et les transports en commun sont peu développés (merci qui? merci la Nouvelle Route du Littoral )

– Fuite des diplôme vers la métropole ou à l’étranger. D’ailleurs on a parfois l’impression que le gouvernement incite à l’émigration. Il me vient à l’esprit le « drame des Enfants de la Creuse », où des milliers d’enfants venant de familles pauvres réunionnaises ont été exilés dans des départements ruraux français dans le but de contribuer à leur repeuplement. Malgré la crise économique en France depuis le début des années 1970, cette émigration se poursuit donc sous d’autres formes.

-Le cout de la vie, plus élevé qu’en France métropolitaine. Par exemple, se nourrir coûte 36% plus cher qu’en métropole. (source: le figaro )

– Beaucoup de familles mono-parentales (famille avec un seul parent).

– Une majorité de jeunes sort sans diplôme du système éducatif.

-« Il semblerait qu’à La Réunion, les minimas sociaux (comme le R.S.A), soient très répandus depuis des générations et peu stigmatisants. Il garantit une subsistance qui ne prémunit pas contre la pauvreté en tant que telle, mais protège de l’exclusion » ( source : https://www.legifrance.gouv.fr)

– une forte immigration en provenance de pays pauvres ( Comores, Madagascar, Mayotte)

Les conséquences

-Hausse de la délinquance

-Hausse du nombre de personnes ayant recours aux aides sociales

-Un réunionnais sur deux vit dans un quartier précaire

-Beaucoup de jeunes sont sans emplois

-Hausse du nombre de sans-abris.

-Le nombre de pauvres devrait continuer à augmenté, alors que le PIB de la Réunion est en croissance de 3% !!

Conclusion

Pour conclure cet article, mes pensées iront aux personnes, qui, en période cyclonique, survivent sous des ponts, dans des maisons à l’abandon. J’ai également une pensée pour les mères de familles, qui seuls, sans emplois, ne peuvent nourrir suffisamment leurs enfants qui ont faim.

Le système qui prévaut à La Réunion est malheureusement incapable de régler ces problèmes. Pour que la lutte contre la pauvreté soit une priorité, une autre politique est nécessaire.

Publicités